in

Paddy Lowe : « C’est une période difficile pour tout le monde dans l’équipe »

Le directeur technique de l’équipe Williams, Paddy Lowe, affirme que l’équipe de Grove a une compréhension claire des raisons de sa performance lamentable cette saison, mais la résolution des problèmes demandera du temps.

L’équipe britannique a lancé sa saison 2018 à Melbourne avec l’espoir de se maintenir parmi les meilleures équipes du milieu de peloton, mais après les sept premières courses de l’année, Williams n’aura marqué que quatre points et occupe actuellement la dernière place du classement constructeurs.

Le Grand Prix du Canada n’a fait que souligner le manque de performance flagrant de la FW41, avec ses deux pilotes ne réussissant pas à faire mieux que 16° et 17° en qualifications le samedi.

Cependant, Paddy Lowe insiste sur le fait que son équipe d’ingénieurs redouble d’efforts pour sortir l’équipe britannique de la crise.

« Les problèmes que nous avions au Canada sont les mêmes que ceux que nous avons connu depuis le début de la saison. » affirme Lowe.

williams-f1-rowland

« Nous les traiterons dés que possible, ils sont liés à l’aérodynamique et les résoudre nous demande du temps. Nous comprenons les causes, mais ce n’est pas toujours facile d’éliminer les problèmes. »

Lowe admet que la situation commence à être difficile à vivre pour toute l’équipe, aussi bien pour les mécaniciens que pour les pilotes aux-mêmes.

« C’est une période difficile pour tout le monde, en particulier pour l’équipe de course sur la piste, car la même quantité de travail est effectuée, que la voiture soit rapide ou lente. »

« Il est important de travailler avec un bon moral, et c’est difficile quand il y a des problèmes évidents sur la voiture. »

Williams a dû également essuyer de nombreuses critiques plus tôt cette année pour avoir choisi deux pilotes très jeunes, faisant du Line-up de l’équipe le plus inexpérimenté de la grille.

« Ils ne manquent ni de motivation, ni d’énergie. Dans les situations difficiles, certains pilotes commencent à perdre leur sang froid et cela peut affecter émotionnellement toute l’équipe. J’ai déjà travaillé avec un pilote ayant remporté plus d’une course [Hamilton] et plusieurs titres, et qui ne se gênait pas de dire tout ce qu’il pense à la fin d’une course. »

« Donc, des pilotes différents se comportent différemment dans telle ou telle situation, mais cela n’arrive pas ici, je n’ai pas à m’inquiéter à ce sujet. »