toto wolff mercedes

Wolff met en garde Ferrari sur la possibilité de prendre une pénalité plus lourde

Toto Wolff, le directeur de l’équipe Mercedes, estime que la pénalité infligée à Sebastian Vettel au Canada est largement justifiée.

Après avoir écopé d’une pénalité de cinq secondes pour conduite dangereuse au Canada, Sebastian Vettel a perdu la victoire à Montréal au profit de Lewis Hamilton.

Mais tout de suite après la course, l’équipe Ferrari a faire connaître son intention de faire appel de la décision des commissaires, alors que la Scuderia avait un délai de 96 heures pour apporter de nouvelles preuves et interjeter appel.

Nous avons appris ce mercredi soir que Ferrari abandonnait son intention de faire appel, mais que la Scuderia se réservait le droit de tenter un autre recours.

En effet, Ferrari étudie actuellement la possibilité de réviser la sanction en vertu du Code Sportif International de la FIA, qui permet de prendre des mesures supplémentaires si un «nouvel élément important et pertinent» qui n’était pas disponible au moment de la course était découvert.

Si l’équipe de Maranello décide de suivre cette voie, elle dispose alors de 14 jours après la publication des résultats officiels de la course au Canada – donc au plus tard dimanche pour le prochain Grand Prix de France – pour adopter cette approche et présenter à la FIA de nouvelles preuves. Ferrari n’a pas encore déclaré si elle poursuivrait la procédure.

Mais Pour Toto Wolff, l’équipe Ferrari ne devrait pas trop chercher à vouloir absolument innocenter son pilote car les commissaires pourraient très bien sanctionner Sebastian Vettel avec une pénalité bien plus lourde.

« Si tout le monde, après quelques jours, en parle encore, cela démontre l’importance de la Formule 1. » a déclaré Toto Wolff, le patron de l’équipe Mercedes, au quotidien autrichien Österreich.

« Il n’est pas possible d’annuler la pénalité. Dans le pire des cas, les commissaires, après avoir examiné les informations, pourraient également décider de sanctionner Ferrari davantage. »

« J’ai parlé à Mattia Binotto [le directeur de la Scuderia Ferrari] et il pense que ce qui s’est passé ne mérite pas de pénalité, je pense qu’il a 100% tort. »

« Vettel a quitté la piste, il a regardé dans son rétroviseur et a poussé Lewis contre le mur. S’il [Hamilton] n’avait pas freiné, ils se seraient percutés. C’est pour cela qu’il a été sanctionné. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Valtteri Bottas Mercedes

Bottas : Pas de pression !

mika hakkinen f1

Hakkinen : « Avec Schumacher, nous étions plus libres de nous battre »