alain-prost-f1
in

Prost pense qu’un drapeau rouge aurait été la solution à Abou Dhabi

Alain Prost – qui a quitté son poste de directeur non exécutif chez Alpine récemment – estime que la FIA est confrontée à un très grand défi pour clarifier la règlementation avant le début de la saison 2022 de Formule 1 à la suite du très controversé Grand Prix d’Abou Dhabi 2021.

L’organe directeur de la F1, la FIA, a annoncé qu’elle rendra ses décisions concernant son enquête sur la controverse du Grand Prix d’Abou Dhabi au mois de mars prochain juste avant la première manche de la saison 2022. Dans le cadre de cette enquête, la FIA travaillera main dans la main avec les différents intervenants (équipes, commissaires, pilotes, F1..) pour essayer de clarifier la règlementation.

S’exprimant sur le sujet, Alain Prost estime pour sa part que la FIA est désormais face à un grand défi pour clarifier la règlementation en si peu de temps : « Ce qui s’est passé n’était certainement pas très correct, c’est évident. Mais d’un autre côté, nous avons des règles très, très difficiles en ce moment. Il y a une chose à laquelle nous devons faire très attention, c’est ce qui pourrait arriver maintenant. » a déclaré Alain Prost lors d’un entretien accordé à RacingNews365.

« Il y a toujours beaucoup de pression de la part de différentes équipes. Quand vous êtes une équipe de haut niveau – nous parlons de Mercedes, Red Bull et Ferrari – vous mettez toujours beaucoup de pression pour les règles, pour les règles techniques, sur le directeur de course. »

Prost estime qu’une grande partie de la controverse à Abou Dhabi aurait pu être évitée avec l’utilisation d’un drapeau rouge après l’accident de Nicholas Latifi : « Finalement, regardez ce qui s’est passé à mon époque [les années 1980 et 1990], vous auriez pu avoir un drapeau rouge. »

« Toutes les voitures allaient sur la grille, vous ne pouviez pas toucher les voitures, et vous repartiez. Peut-être que cela aurait été la meilleure décision [à Abou Dhabi]. Nous avons une nouvelle règle selon laquelle vous pouvez maintenant toucher la voiture, changer les pneus ou quoi que ce soit, mais cela prend beaucoup de temps. »

« Et parfois, vous devez prendre une décision à cause de la télévision et d’autres choses, et évidemment, ce que Michael [Masi] voulait faire, c’est ce que toutes les équipes demandent très souvent – ne pas terminer la course derrière une voiture de sécurité. Il faut donc faire très attention à la façon dont on juge tout cela, mais c’est sûr, sur le plan sportif, ce n’était pas très correct. »

Remplacer Michael Masi par un autre directeur de course ne serait pas la solution selon Alain Prost, puisque les équipes continueraient tout de même de faire pression sur lui : « Maintenant, vous pourriez avoir une certaine pression de Mercedes, de Lewis, sur un nouveau directeur de course. Ce serait également triste pour Michael s’il était remplacé, car il a fait du bon travail. »

Le quadruple champion du monde a ensuite souligné à quel point la conception moderne des pistes pose également des problèmes, en raison des grandes zones de dégagement qui tapissent le tarmac.

« Presque chaque piste, chaque virage a une spécificité différente. C’est très difficile. Nous sommes arrivés dans une position où nous allons avoir de plus en plus de problèmes. Et nous avons de plus en plus de problèmes. C’est très difficile de tout régler. » insiste le Français.

« Nous devons faire attention à ne pas revivre la même histoire, qu’une seule équipe fasse pression et obtienne ce qu’elle veut. C’est pourquoi la FIA a un très, très grand défi maintenant pour le mois prochain, d’avoir des règles claires. »

daniel-ricciardo-f1-2022

Daniel Ricciardo nommé membre de l’Ordre d’Australie

essais-hivernaux-f1-2022-tv

Les essais hivernaux diffusés en partie en 2022