aldo costa mercedes

Aldo Costa : « Chez Mercedes, il y a moins de pression que chez Ferrari »

Avec 26 championnats du monde à son actif, Aldo Costa a remporté plus de titres mondiaux que quiconque en F1.

L’Italien Aldo Costa, qui était directeur technique de Ferrari, est également passé chez Mercedes dans sa carrière et nous explique les différences en termes de pression ressentie entre Maranello et l’équipe du constructeur allemand.

« Au moment des triomphes chez Ferrari, il y avait un groupe de personnes avec Todt [Jean] et Brawn [Ross] en tête qui créait une sorte de coquille autour de Ferrari et dans laquelle la pression était gérée. » explique Aldo Costa dans le dernier podcast de la Formule 1.

« Les chefs voulaient inévitablement la créer, car il y avait plus de pression que chez Mercedes. Je la ressentais [la pression] à l’époque, parce que Ferrari doit gagner toutes les courses et tous les championnats. »

« Ferrari est toujours au centre de millions de passionnés qui regardent et qui veulent la voir gagner. Mercedes de son côté n’a pas besoin d’avoir une bulle aussi grosse autour de l’équipe car il y a moins de pression de la part du conseil d’administration. »

Une pression négative

Selon Aldo Costa, cette pression exercée sur l’équipe Ferrari, la forte demande et la manière de travailler des ingénieurs ont une incidence négative sur les résultats obtenus par Ferrari.

« Si vous demandez aux ingénieurs de développer de nouvelles idées, vous devez accepter l’échec. Lorsque vous échouez, vous devez vous appuyer sur cela pour relever les défis suivants. »

« Si vous exercez une pression et que vous la conservez en pensant aux courses suivantes, les ingénieurs ont généralement tendance à ne pas être trop créatifs et à donner des solutions plus sûres à court terme. »

« Cela va donc influencer votre rythme de développement, c’est pourquoi vous devez les protéger, les laisser réfléchir, essayer de nouvelles choses et ensuite gérer les risques. »

« Les gens qui me connaissent, dont certains ingénieurs de Ferrari, disent que je souriais davantage chez Mercedes, que j’étais plus détendu, moins stressé. Ils ont raison, j’ai appris qu’il est préférable de traiter avec des gens en ayant le sourire pour créer un groupe harmonieux. »

« Les gens arrivent le matin et vous sourient parce qu’ils sont heureux, j’y crois fermement. Dans ce modèle, j’ai connu le modèle dans lequel les gens crient ou sont en colère et je suis à 100% convaincu que cela ne fonctionne pas de façon optimale et, en tant que groupe, ils ne donneront pas tout ce qu’ils peuvent d’eux-mêmes. »

Des dernières semaines chez Ferrari « pas très agréables »

Aldo Costa se souvient de ses dernières semaines passées chez Ferrari lorsqu’il a pris sa décision de quitter l’équipe de Maranello après avoir été rétrogradé en interne.

« Les dernières semaines n’étaient pas très agréables. Montezemolo voulait tout changer, mais la gestion était assez violente, et pour moi, il était inacceptable de ne plus être directeur technique et de faire autre chose chez Ferrari. »

« Le même jour, je suis parti parce que je n’ai jamais accepté. J’ai quitté Ferrari et j’étais très triste. »

« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé parce que personne ne me l’a jamais expliqué. C’était très soudain, nous venions de perdre le championnat du monde lors de la dernière course, mais nous avions gagné cinq courses en 2010 avec Alonso et nous étions très proches du titre. »

« Nous avions fait du bon travail, mais après la course de Barcelone en 2011, j’ai reçu un message comme quoi je n’étais plus directeur technique de Ferrari. Personne ne m’a jamais expliqué ce qu’il s’est passé. »

[bctt tweet= »Aldo Costa : Moins de pression chez Mercedes que chez Ferrari #F1″ username= »f1_fr »]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

christian horner red bull racing

Horner : « Honda a dépassé nos attentes dans tous les domaines »

Romain Lanèry F1 Renault

Vidéo : Il pilote une Formule 1 pour la première fois !