christian horner

Christian Horner reste sceptique face aux performances de Ferrari

Le team principal de l’équipe Red Bull continue d’être sceptique sur la baisse de forme de l’équipe Ferrari suite à l’envoi d’une directive technique par la FIA.

A partir du Grand Prix de Belgique, Ferrari a dominé les autres concurrents en décrochant une série de pole positions et de victoires, ce qui a permis à l’écurie italienne de sauver sa saison après une première moitié d’année compliquée.

Les concurrents de Ferrari se sont interrogés sur cette hausse soudaine du niveau de performance de la SF90, et il aura fallu attendre l’envoi d’une directive technique par la FIA avant le Grand Prix des Etats-Unis, pour voir les performances de la Ferrari diminuer soudainement.

Pour le directeur de l’équipe Ferrari, Mattia Binotto, il ne s’agit là que d’une simple coïncidence, mais pour les équipes concurrentes, notamment pour le directeur de Red Bull, il est difficile de croire que Ferrari est restée les bras croisés, même si le Britannique n’accuse pas directement la Scuderia.

« En Hongrie, nous aurions pu dépasser Ferrari [au championnat] sans le second arrêt au stand et seulement quatre semaines plus tard [à la rentrée en Belgique], ils entament une série de poles positions à chaque Grand Prix. » explique Horner à AMUS.

« C’était assez difficile à comprendre, parce que les trois autres motoristes ont évolué ensemble. Seule Ferrari s’est démarquée. Ensuite, en deux courses [après l’envoi de la DT], Ferrari a réduit son avance en ligne droite. Peu importe ce qu’il s’est passé, mais tout le monde peut avoir sa propre opinion. »

Red Bull terminera le championnat du monde des constructeurs à la troisième position cette année. L’équipe de Milton Keynes accuse un retard de 88 points sur Ferrari avant la dernière course de l’année à Abou Dhabi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

alexander albon

Alex Albon va profiter des tests Pirelli pour continuer à s’améliorer

gunther steiner

Steiner : « Les grandes équipes auront toujours l’avantage en 2021 »