Restez connectés

Grand Prix d'Espagne

Honda confronté à un vrai casse-tête après le crash de Hartley en Espagne

Publié

le

moteur-honda-f1-toro-rosso
© DR

Honda évalue actuellement ses options concernant les composants du moteur monté sur la Toro Rosso de Brendon Hartley après le crash dont a été victime le pilote Néo-Zélandais au Grand Prix d’Espagne.

Le pilote Toro Rosso a été victime d’un énorme crash lors des essais libres 3 du Grand Prix d’Espagne le week-end dernier et Honda a dû changer la boîte de vitesses, l’unité de puissance, ainsi que différents composants sur la monoplace de Hartley.

Hartley a donc utilisé son troisième MGU-H et turbocompresseur de la saison après que Honda ait déjà changé ces composants au Grand Prix d’Australie. Dans ce contexte, Hartley écopera de pénalités sur la grille dés le prochain changement de pièces.

« Nous devons faire quelques choix. Nous allons vérifier l’unité de puissance accidentée, mais il semble qu’il y ait de gros dégâts. » commente le directeur technique de Honda, Toyoharu Tanabe, à Autosport.

« Donc Honda va devoir faire des choix sur l’unité de puissance, et ensuite nous pourrons travailler avec l’équipe sur la façon dont nous pouvons gérer la situation. En outre, nous ne savons pas ce qu’il se passera pour la prochaine course. »

Le problème est que Honda souhaite introduire sa première grande mise à jour pour le Grand Prix du Canada en juin, et étant donné que le motoriste s’efforce d’améliorer ses systèmes de récupération d’énergie, cela signifie qu’il faudra certainement monter un nouveau MGU-H.

Le turbocompresseur est également généralement modifié lors d’une mise à niveau complète du package, ce qui oblige Honda à réfléchir à où et quand Brendon Hartley devrait prendre ses pénalités sur la grille,  l’endroit le plus intéressant étant le Grand Prix de Belgique à Spa, qui offre un maximum de chances pour dépasser.

Reste à savoir si Hartley pourra tenir avec le moteur et les composants montés en Espagne au moins jusqu’à la trêve estivale prévue le 29 juillet en Hongrie.

.
commentaires

Grand Prix d'Espagne

Les larmes de Charaf-Eddin, un fan français qui a pu monter dans une F1 à Barcelone

Publié

le

cherrif-eddin-f1
© DR

Les ailerons, les barge Boards, le Halo, les décos de casque des pilotes… Lorsque l’on parle de Formule 1 à la plupart d’entre vous, tous ces éléments que nous venons de mentionner ne représentent aucune nouveauté pour vous.

Il s’agit simplement d’éléments visuels que tout le monde peut voir et qui font partie du sport que nous aimons tant, cependant, pensez-vous pouvoir suivre la F1 de la même manière sans pouvoir voir tous ces détails ? C’est pourtant le cas de Charaf-Eddin, qui se décrit comme un « aveugle qui aime la Formule 1 et qui la suit partout dans le monde ».

Ce jeune français, passionné de Formule 1, est devenu aveugle à partir de 20 ans, et perdre la vue ne l’a pas empêché de continuer à suivre son sport favori, bien au contraire.

Charaf-Eddin était présent le week-end dernier à Barcelone pour le Grand Prix d’Espagne où il a pu monter à bord de l’une des F1 de « F1 Expérience », qui permet à des fans ou des VIP de faire quelques tours de circuit à bord d’une Formule 1 bi-place.

Lorsqu’il est devenu aveugle, Charaf-Eddin s’est dit : « Ok, pour surmonter ça, je dois être à un endroit que j’aime, et quand je suis en F1, j’oublie que je suis aveugle. »

Charaf-Eddin, qui est kinésithérapeute, assure que le jeudi il ferme son affaire pour ne rouvrir que le lundi matin, car un week-end de Formule 1 est tout simplement sacré pour lui, y compris la conférence de presse de jeudi.

Dans la vidéo, que vous pouvez visionner sur le site officiel de la Formule 1, Charaf-Eddin savait parfaitement dans quel virage il se trouvait en piste et savait même à quel moment il retournait au stand.

Mais le moment le plus émouvant de la vidéo (que vous pouvez voir en cliquant ici) est lorsque le Français rentre dans les stands et où la seule réaction de Charaf-Eddin est de fondre en larme, sans pouvoir prononcer un seul mot parce qu’il vient d’accomplir un rêve. Une histoire vraiment attachante et qui permet de voir le côté humain de ce sport.

Lire

Grand Prix d'Espagne

Mercedes admet avoir pris de très gros risques avec la voiture de Bottas en Espagne

Publié

le

valtteri-bottas-gp-espagne-2018
© Mercedes-AMG

L’équipe Mercedes admet avoir pris de très gros risques en décidant de ne pas faire repasser Valtteri Bottas par les stands dimanche dernier au Grand Prix d’Espagne.

Le pilote finlandais n’a effectué qu’un seul arrêt en course au Grand Prix d’Espagne, lors du dix-neuvième tour, et a dû effectuer un relais long de quelques 47 tours avec les gommes Médiums montées sur sa monoplace.

Mais le nouvel enrobé du circuit de Catalunya a obligé Pirelli à introduire de nouveaux pneus offrant une bande de roulement 0, 4 mm plus mince que les pneus standards, ce qui a eu pour conséquence d’offrir une usure prématurée, notamment au niveau de la roue avant gauche, très sollicitée à Barcelone dans le virage numéro 3.

Ce choix décisif de ne pas faire rentrer Valtteri Bottas au stand a offert la deuxième position au Finlandais à l’arrivée de l’épreuve, mais Mercedes admet qu’il s’agissait là d’un pari très risqué.

« Je pense qu’il est juste de dire que c’était très limite, si la course avait été plus longue d’un ou deux tours, nous aurions pu avoir de très très gros problèmes. » admet James Vowles, le stratége de l’équipe Mercedes.

« Les derniers tours de course étaient très tendus pour Valtteri et nous savions que le pneu avant gauche n’aurait quasiment aucune gomme restante à l’arrivée. »

« Il avait huit secondes d’avance en temps de course par rapport à la Red Bull derrière [Verstappen], et nous avons essayé d’utiliser cette avance pour le faire ralentir très délicatement dans certaines parties, des virages clés, afin de nous assurer que nous prenions suffisamment soin de ce pneu tout en ne perdant pas la température dans la gomme qu’il restait dessus. »

« Valtteri a fait un travail absolument incroyable, nous l’avons mis dans une position très difficile et il a composé avec cela absolument parfaitement en emmenant ses gommes jusqu’en fin de course comme nous lui avions demandé. »

Lire

Grand Prix d'Espagne

Nico Hulkenberg frappé par la malchance depuis deux courses

Publié

le

© DR

Avec un deuxième abandon d’affilé pour Nico Hulkenberg, la saison 2018 ne démarre pas de la plus belle des manières pour le pilote Renault.

L’Allemand a déjà dû abandonner en Azerbaïdjan il y a quinze jours après avoir tapé un mur en course, endommageant ainsi l’arrière de sa monoplace et comme si la poisse le poursuivait, le pilote Renault a connu des problèmes mécanique en qualifications samedi à Barcelone.

Une problème de pression sur le circuit de carburant de la RS18 a obligé Nico Hulkenberg à abandonner dés la Q1 lors de la séance de qualifications du Grand Prix d’Espagne.

L’Allemand s’attendait donc à faire une course à un seul arrêt dimanche en partant du fond de la grille, mais c’était sans compter sur les figures acrobatiques de Romain Grosjean au premier tour de course, qui a tout simplement coupé en deux la Renault de Nico Hulkenberg.

C’est donc le deuxième abandon de suite pour Hulk, qui n’a absolument rien pu faire pour éviter la monoplace folle de Romain Grosjean au virage 3.

« C’était le désordre dans les deux premiers virages, mais c’était encore pire dans le troisième ! J’ai vu une voiture partir en tête-à-queue devant moi. Il y avait beaucoup de fumée, tout est arrivé très vite et je n’ai pas pu éviter le retour de Grosjean. » explique Hulkenberg.

« Il est très fort pour partir à la faute tout seul, ruiner la course des autres et les contraindre à l’abandon. »

« Dommage, nous étions compétitifs et nous avions un bon rythme. C’est frustrant de ne pas l’avoir montré hier et aujourd’hui, et toujours plus difficile à avaler quand on n’y est pour rien. Il faudra réessayer dans deux semaines. »

Lire

Grand Prix d'Espagne

Pirelli a-t-il aidé Mercedes ? Le manufacturier nie en bloc

Publié

le

© Mercedes-AMG

Il y a quelques semaines, F1only.fr révélait que Pirelli allait apporter quelques modifications sur sa gamme de pneumatiques pour trois Grands Prix cette année : Le Grand Prix d’Espagne, le Grand Prix de France et le Grand Prix de Grande-Bretagne.

Nous révélions à l’époque que ces changements allaient être apportés à la demande de Mercedes, après que l’équipe championne du monde en titre a souffert de cloquage sur ses gommes aux essais hivernaux cet hiver.

Les trois circuits nommés ci-dessus ont en effet la particularité de posséder un nouvel enrobé depuis cet hiver, ce qui aggrave la surchauffe des gommes, notamment sur la Mercedes W09 cette année.

Pirelli a donc procédé au changement de ses gommes pour ces trois courses et il semblait évident que Mercedes allait directement bénéficier de ce changement ce week-end en Espagne.

L’équipe du constructeur allemand a effectivement remporté le Grand Prix d’Espagne et a même signé le doublé avec une certaine facilité par rapport à la concurrence.

Interrogé par nos confrères de Motorsport le patron de Pirelli nie catégoriquement avoir aidé l’équipe Mercedes, et préfère parler d’un travail en commun avec toutes les équipes de F1.

« S’il y a un haut niveau de cloquage qui affecte la plupart des voitures, il n’y a plus de course, mais ce sera une lotterie. » déclare Mario Isola, directeur du programme F1 à Motorsport.com. 

« Ce n’est pas la bonne approche, et en tant que manufacturier unique de la Formule 1, nous devons fournir le même produit à tout le monde, et un produit sûr qui convient aux circuits. »

« Nous avons enquêté pour trouver les raisons de ce cloquage, pour nous assurer que la surface de la piste jouait le rôle le plus important, et non pas les nouvelles voitures ou les nouveaux composés, et c’est pour cela que nous devions attendre Melbourne [la première course de la saison]. »

« Une fois qu’il s’est confirmé à Melbourne que nous étions revenu à une situation normale, j’ai personnellement contacté toutes les équipes pour leur demander leur avis et j’ai collecté différentes opinions. »

« Après cela, nous avons eu une réunion interne chez Pirelli, lors de laquelle nous avons tout évalué, puis nous avons préparé un rapport pour la FIA afin d’expliquer pourquoi nous demandions ce changement. »

Interrogé pour savoir si Pirelli a apporté ces changements pour aider l’équipe Mercedes, Mario Isola se veut catégorique : « Nous ne ferions jamais quelque chose comme ça, nous travaillons avec tous les constructeurs au sommet, pas seulement en F1. Alors pourquoi donnerions-nous un avantage à l’un d’entre eux ? »

Lire

Grand Prix d'Espagne

Sergey Sirotkin a souffert en raison d’un baquet mal ajusté

Publié

le

© Williams

Sergey Sirotkin n’a pas connu un Grand Prix d’Espagne de tout repos ce week-end au volant de sa Williams FW41, le Russe a vécu la course la plus difficile de toute sa carrière selon ses propres mots.

Le pilote russe, qui a franchi la ligne d’arrivée à la quatorzième position et à trois tours du vainqueur de l’épreuve Lewis Hamilton, a souffert durant 66 tours en raison d’un baquet mal ajusté qui lui a tout simplement pourri sa journée.

« J’ai pris un bon départ, un bon envol. Puis au virage 3 j’ai été pris au piège par ces têtes à queue devant moi [Romain Grosjean]. » déclare Sirotkin.

« Depuis ma position, je ne pouvais pas du tout voir où j’allais, jusqu’au moment où j’ai vu que j’allais percuter la voiture devant moi. »

« Il y avait tellement de fumée que je ne voyais rien, et j’ai dû m’arrêter complètement pour éviter l’accident. Une fois que j’ai passé tout ça, c’est comme si j’étais dernier et à des kilomètres des autres. »

« Puis j’ai commencé à avoir des difficultés avec le confort du baquet. Nous l’avons depuis le début de l’année et nous n’avons jamais eu l’opportunité de véritablement l’étudier et l’améliorer. Mais pour Barcelone, nous avons fait quelques changements, et je ne pense pas qu’ils soient allés dans la bonne direction. »

« C’était vraiment énorme, j’avais vraiment du mal à ne serait-ce que rester dans la voiture. Sur ce circuit nous ne pouvons pas dépasser et nous ne faisions pas la meilleure course qui soit. »

« Ce sentiment très inconfortable, je dirais même très douloureux, n’a pas contribué à la course, au relais, à la concentration. J’ai ensuite commis une erreur au restart après la voiture de sécurité virtuelle, je suis parti en tête à queue, donc c’était vraiment de la survie jusqu’au bout. »

Lire

Grand Prix d'Espagne

Renault devance McLaren et devient la quatrième force du championnat

Publié

le

© DR

Grand Prix d’Espagne – Barcelone : Grace à la septième position de Carlos Sinz à l’arrivé du Grand Prix d’Espagne, Renault est passée devant McLaren au championnat constructeurs.

L’équipe du constructeur français est devenue officiellement la quatrième force du plateau ce dimanche en Espagne grâce à la septième place de Carlos Sainz, Renault devance désormais McLaren d’un point avec 40 unités au compteur.

Le pilote espagnol s’est tout de même fait une frayeur lorsque la pompe à carburant du moteur Renault a fait des siennes dans les derniers tours de course.

« Ce fut un bon week-end à la maison et devant les fans. » déclare Sainz. « Le but était d’attaquer du début à la fin en course, mais j’ai dû lever le pied pour les cinq ou dix derniers tours en raison d’un problème sur la pompe à carburant. »

« De manière générale, la façon dont nous avons bouclé le week-end est très positive. Nous ne sommes pas allés aussi vite que nous le souhaitions par rapport à Haas ou McLaren, mais nous terminons le week-end en étant la quatrième force, cela prouve que nous sommes compétitifs. »

Lire
.
.
.
.

Copyright © 2018 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est référencé sur ActuF1.com Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.

47Shares