Horner a purgé sa peine auprès de la FIA

7 février 2022
2
christian-horner-f1-fia
BUDAPEST, HUNGARY - AUGUST 01: Red Bull Racing Team Principal Christian Horner looks on before the F1 Grand Prix of Hungary at Hungaroring on August 01, 2021 in Budapest, Hungary. (Photo by Mark Thompson/Getty Images) // Getty Images /

Le directeur de l’équipe Red Bull Racing, Christian Horner, a participé ce week-end au programme international des commissaires sportifs de la FIA 2022 comme il s’était engagé à le faire fin 2021 après avoir reçu une réprimande de la part de la FIA au Qatar.

Au Grand Prix du Qatar, la FIA a reproché à Christian Horner d’avoir tenu des propos au sujet d’un commissaire « voyou » après que son pilote Max Verstappen ait écopé d’une pénalité de grille pour ne pas avoir respecté un double drapeaux jaunes en qualifications le samedi. L’affaire aurait pu en rester là, mais la FIA n’a pas apprécié l’attitude du directeur de l’équipe Red Bull, qui a donc été convoqué chez les commissaires après l’arrivée de l’épreuve le dimanche.

Les commissaires de course reprochaient au Britannique d’avoir enfreint les articles 12.2.1 f et 12.2.1 k du code sportif international qui protègent les membres de la FIA contre : « Tout propos, acte ou écrit ayant causé un préjudice moral ou une perte à la FIA… ou à ses dirigeants exécutifs, et plus généralement sur l’intérêt du sport automobile. »

Le deuxième motif de convocation, celui de l’article 12.2.1 (k) de l’ISC, couvre celui de « faute envers le personnel impliqué dans l’organisation et le déroulement d’un Grand Prix. »

Les commissaires ont donc pris la décision d’infliger une réprimande à Horner pour ses propos tenus dans le cadre du Grand Prix du Qatar et le Britannique a lui-même proposé de s’excuser auprès du commissaire concerné et a expliqué aux médias qu’il ne voulait pas l’offenser. Horner a également accepté de participer au programme international des commissaires sportifs de la FIA 2022 qui s’est tenu ce week-end par visioconférence.

Lors de ce programme de deux jours, qui a été suivi à distance par les commissaires de nombreuses disciplines du monde entier, Horner a parlé de son rôle de directeur d’écurie en Formule 1, plus précisément de la relation de son équipe avec la FIA durant les week-ends de course. Le Britannique a également pris part à un panel de concurrents aux côtés du directeur de course de la FIA, Michael Masi, de Charles Leclerc (pilote Ferrari), d’Antonio Felix da Costa (Formule E) et de Jari-Matti Latvala et Adrien Fourmaux du WRC.

Une telle sanction pour un directeur d’écurie est relativement rare en Formule 1, bien qu’en 2018, le pilote Red Bull Max Verstappen a lui aussi été obligé d’effectuer deux journées de « service public » sous la direction de la FIA à la suite de son incident d’après course au Brésil lorsqu’il en est venu aux mains avec le Français Esteban Ocon après une collision en course entre les deux hommes.

2 Comments

  1. ???? Pauvre Horner !

    Le monde est méchant, méchant…?? Cruel. ?

    Heureusement, sœur Hamilton ?? trouvera les mots ? pour nous sauver? ?‍?‍? ?‍?‍?. ?

    ?? Tous à genoux et prions ! ??

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Cesare Ingrassia

Cesare Ingrassia est le directeur de la publication du site d'actualités sur la Formule 1, F1only.fr et du site La Chaine Renault. Véritable passionné, Cesare Ingrassia est accrédité par la FIA et la F1 et se déplace de paddock en paddock pour vous offrir une couverture totale de chaque événement tout au long de la saison.