mercedes-mugello-gp-toscane-f1
in

La crainte d’une crevaison a dicté la stratégie de Mercedes au Mugello

Le doublé Mercedes au Mugello, lors du Grand Prix de Toscane, ne s’est pas fait sans mal pour l’équipe et ses pilotes.

Si Valtteri Bottas avait la main mise sur la course avant la deuxième interruption, il s’est rapidement fait doubler lors du second départ par Lewis Hamilton qui a profité de l’aspiration derrière le Finlandais pour prendre la tête.

Suite à cette manœuvre, et voyant qu’il n’arriverait pas à le doubler à la régulière, Bottas a clairement demandé à son équipe de lui mettre un train de pneus différent de celui d’Hamilton lors de son prochain arrêt.

Malgré tout, au 31ème tour, le Finlandais entre à son stand pour chausser des gommes dures…imité une boucle plus tard par Hamilton.

Les stratèges de Mercedes se défendent néanmoins d’avoir fait fi des volontés de Bottas. En effet, l’équipe redoutait surtout d’avoir à faire face à nouveau à des crevaisons similaires à celles subies au Grand Prix de Grande Bretagne.

« Nous nous attendions à nous arrêter encore une fois avant la fin de la course. » précise James Vowles, le Chef de la stratégie chez Mercedes, dans un vidéo postée par l’équipe.

« Nous avons commencé à remarquer vers le tour 29 et le tour 30 une vibration sur les pneus avant de Valtteri qui devenait de plus en plus importante. »

« Cela rappelait ce que nous avons vu à Silverstone, donc cette fois, nous voulions éviter tout incident. »

« En conséquence, au lieu de faire rentrer Lewis en premier, parce qu’il avait la priorité, nous avons appelé Valtteri et nous avons examiné quel serait le meilleur composé de gomme pour s’adapter aux circonstances. »

« Étant donné que la dégradation moyenne était plus élevée que prévu, et étant donné que ce relais était légèrement plus court que ce que nous voulions faire et que nous étions en tête de la course, nous avons opté pour le pneu dur. »

Volwes et Mercedes assurent qu’ils étaient pourtant d’accord pour permettre à Bottas de décaler sa stratégie pneumatiques par rapport à celle d’Hamilton. Mais les circonstances de course en ont décidé autrement.

« Ce que nous voulions faire, c’est d’abord d’arrêter Lewis qui, je le répète, avait la priorité, et quel que soit le pneu choisi, nous étions plus qu’heureux de faire quelque chose de différent avec Valtteri. »

« Mais ce n’était pas un arrêt planifié, c’était nous qui réagissions à un problème et, en conséquence, nous sommes allés du côté de la sécurité. »

Une décision qui a été validée par Toto Wolff lui même, comme il l’a précisé après la course : « Nous en avons discuté. Valtteri voulait avoir une option stratégique différente de Lewis au niveau des pneus. »

« Mais ensuite,tout a basculé avec ces problèmes de pneus. Je ne me souviens même pas dans quel tour c’est arrivé mais tout était différent par la suite. » conclut l’Autrichien.

horaires-gp-f1-2020

Les horaires des huit derniers Grands Prix de la saison 2020

daniel-riccardo-f1-renault-

Il reste huit courses à Daniel Ricciardo pour gagner son pari