jean todt président de la FIA
Jean Todt, président de la FIA lors d'une réunion

La domination des grandes équipes en F1 est un vrai problème selon Jean Todt

Le président de la FIA, Jean Todt, estime que le plus gros problème actuel en Formule 1 reste la domination des grandes équipes par rapport à de plus petites structures.

La FIA, la F1 et les directeurs d’équipes se réunissent ce jeudi à Genève pour un rendez-vous de la plus haute importance afin de finaliser les règles qui seront introduites en catégorie reine en 2021.

De grands changements dans les règles sont attendus afin de redonner un certain engouement à la discipline, après une nette domination de Mercedes au cours des cinq dernières années.

L’un des points les plus importants déjà évoqué est le problème des coûts en Formule 1, qui avantagent certainement les plus grandes équipes, et qui ne permettent pas à de nouveaux constructeurs de s’intéresser à la F1 en raison des efforts financiers colossaux que cela engendrerait.

Interrogé pour savoir quel est, selon lui, le plus gros problème actuellement en catégorie reine du sport automobile, le président de la FIA pense que la réduction des coûts et une meilleure répartition des revenus seront des solutions, parmi d’autres, pour améliorer le sport.

« En fait, quand on analyse un championnat, souvent avec beaucoup de sévérité, on veut changer beaucoup de choses. » explique le président de la FIA, Jean Todt, à F1only.fr.

« C’est le rôle du promoteur de proposer, puis ça passe par toute une gouvernance. Il faut se concentrer sur les changements constructifs. »

« En F1 aujourd’hui, le problème c’est la domination des grandes équipes par rapport aux équipes moyennes, en raison de capacités financières plus importantes. C’est un problème de coût, de distribution des revenus, c’est l’un des sujets sur lesquels on se penche en particulier, avec aussi l’aérodynamique et la difficulté pour les voitures de se suivre. »

« On a pas mal avancé sur le futur règlement 2021, il nous reste deux mois pour finaliser tout cela. Je suis confiant mais je préfère attendre un petit peu pour voir ce sur quoi on va déboucher. Une fois que des décisions auront été prises, j’attendrai avec impatience que ce règlement soit mis en oeuvre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Alex Albon red bull racing 2019

Alex Albon pense que son meilleur rival pourrait être Charles Leclerc

sergey sirotkin renault

Sergey Sirotkin au volant d’une Renault RS18 pour les tests Pirelli au Paul Ricard