F1 - Rossi a vécu de vraies montagnes russes à la tête d'Alpine en 2021
in

Rossi a vécu de vraies montagnes russes à la tête d’Alpine en 2021

Le PDG d’Alpine, Laurent Rossi, admet qu’il a dû faire face à une courbe d’apprentissage abrupte lors de sa première saison à la tête d’une équipe de Formule 1, mais a vécu de vraies montagnes russes émotionnelles.

Laurent Rossi a été nommé PDG d’Alpine il y a un an après le départ de Cyril Abiteboul de l’ancienne équipe Renault, et a supervisé la première année pour le constructeur français fraichement renommé. Au cours d’une saison qui a inclus des faits saillants tels que la victoire d’Esteban Ocon en Hongrie et le podium de Fernando Alonso au Qatar, Alpine a fini par battre AlphaTauri à la cinquième place du championnat des constructeurs, et Rossi a déclaré qu’il avait beaucoup appris durant cette première saison.

« Je m’attendais à ce que ce soit des montagnes russes, et ça l’a été. Ce fut une courbe d’apprentissage abrupte évidemment, car je suis nouveau dans le sport, du moins en ma capacité. » a déclaré Laurent Rossi en entretien avec Racer.

« Je ne suis pas nouveau dans le sport en tant qu’ingénieur et en tant que manager, car je suis ingénieur moteur et ingénieur en mécanique des fluides. Donc en gros je peux comprendre tout ce qui se passe, et j’ai beaucoup d’amis qui, après l’école, sont entrés en Formule 1. Je suis toujours en contact avec eux ; certains d’entre eux travaillent pour moi maintenant, donc cette partie était OK. Apprendre un peu le sport en lui-même… Je le connaissais de l’extérieur, car en tant que membre du comité exécutif de Renault, je participais à quelques courses, mais c’est différent de le regarder et d’en faire partie. Mais je dirais que ça se passe bien. »

Alpine a marqué des points dans toutes les courses sauf deux l’année dernière, et Laurent Rossi s’est dit encouragé par les niveaux de performance de l’équipe dans son ensemble, même si les capacités de la voiture ont limité ses aspirations.

« Évidemment, si nous avions eu une voiture plus rapide, j’aurais été un peu plus heureux, mais ça va. C’est la fin d’une époque pour cette voiture et nous avons appris beaucoup de choses, nous avons mis des choses ensemble. J’ai dit à plusieurs reprises à l’équipe que c’est la somme de tous les détails qui compte, et même si la voiture n’est pas rapide, le reste doit vraiment être de qualité supérieure. »

« Et ils l’ont fait, ils ont appris de chaque course – entre les erreurs, les occasions manquées ici et là, la stratégie, les pneus, ceci et cela – et nous l’avons combiné avec ce qui était absolument inattendu, avec la victoire en Hongrie. Cela a donné une belle tournure, car cela montrait que nous ne travaillions pas pour rien. »

« Et c’est comme le travail acharné que nous faisons en arrière-plan et dans les coulisses que personne ne voit parce que vous ne gagnez pas, vous n’êtes pas en haut du classement… tout à coup, cela paie et vous vous dites: « Ha ! » et tout le monde est content. Donc dans l’ensemble, [ce fut] une assez bonne année, une année difficile, mais une assez bonne année et excitante. » conclut Rossi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

F1 - Ferrari signe un partenariat premium avec la société NFT Velas Network

Ferrari signe un partenariat premium avec la société NFT Velas Network

F1 - Le PDG de la F1 voit une saine concurrence entre anciennes et nouvelles destinations

Le PDG de la F1 voit une saine concurrence entre anciennes et nouvelles destinations