max verstappen

Les propos de Max Verstappen n’ont pas motivé la décision de la FIA à Mexico

Le directeur de course de la FIA, Michael Masi, affirme que les propos tenus par Max Verstappen en conférence de presse samedi n’ont absolument pas joué contre lui.

Samedi à Mexico, le pilote Red Bull Max Verstappen a été pénalisé de trois positions sur la grille de départ du Grand Prix du Mexique pour ne pas avoir respecté un drapeau jaune lors des qualifications.

Cette pénalité a fait perdre la pole position à Max Verstappen, qui a dû prendre le départ de la course dimanche depuis la quatrième place sur la grille.

Juste après les qualifications, tout le monde a pu voir que le pilote Red Bull n’avait pas ralenti dans le dernier secteur placé sous drapeau jaune, ce qui est une infraction à la réglementation.

Quelques minutes plus tard en conférence de presse, Max Verstappen s’est vanté de ne pas avoir ralenti sous drapeau jaune, alors que la FIA n’avait pas encore déclenché la moindre enquête sur lui.

Mais juste après cette conférence de presse, la FIA a ordonné une enquête sur cet incident et les commissaires sportifs ont rapidement estimé que Max Verstappen devait être pénalisé.

Interrogé pour savoir si les propos tenus par Max Verstappen en conférence de presse avaient pesé contre lui, le directeur de course et délégué à la sécurité de la FIA assure que non.

« A 100%, lorsque j’ai parlé aux commissaires et que je leur ai dit qu’il fallait revoir le problème, c’était bien avant que les commentaires de Max ne soient révélés. » a expliqué Michael Masi, le directeur de course de la FIA.

« Nous étions en train de regarder tout cela tout de suite, mais la chose la plus importante à ce moment précis était l’état de santé de Valtteri Bottas, de faire venir la voiture médicale et de s’assurer qu’il aille bien. »

« Tout cela s’est passé tout de suite après le crash, ensuite notre autre priorité a été de renvoyer la voiture accidentée à l’équipe, puis de procéder aux réparations sur le circuit pour les autres événements à venir [après le qualifications de la F1]. »

« En tant que délégué de la sécurité, c’était mon rôle de m’assurer que tout soit bien en place pour les prochains événements. »

« Lorsque je suis arrivé au bureau, j’ai commencé à examiner les données existantes et à examiner les trois voitures qui suivaient l’accident de Bottas – Lewis, Sebastian et Max. Puis j’ai examiné toutes les preuves vidéo et les données. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Pour Bernie Ecclestone, Charles Leclerc est bon, mais commet encore trop d’erreurs

mclaren f1

Un Grand Prix du Mexique à oublier pour l’équipe McLaren