L’erreur de Hamilton a-t-elle été signalée par d’autres équipes à la FIA ?

29 septembre 2020
mercedes-hamilton-f1-gp-russie

S’exprimant sur le podcast F1 Nation, l’ingénieur en chef de course de l’équipe Mercedes, Andrew Shovlin, a expliqué le rôle de l’équipe dans l’incident litigieux qui a couté une double pénalité à Lewis Hamilton au Grand Prix de Russie et une amende de 25 000 euros à son équipe.

Le sextuple champion du monde a reçu deux pénalités de cinq secondes au Grand Prix de Russie pour avoir réalisé un essai de départ dans une zone non réglementaire avant le départ de la course.

Les commissaires de la FIA ont donc infligé deux fois cinq secondes de pénalité à Hamilton – la première pour avoir réalisé un essai de départ au mauvais endroit et l’autre pour avoir enfreint une règle qui stipule qu’aucune voiture ne peut s’arrêter dans la voie « rapide » de la voie des stands.

En plus de ces deux pénalités de temps, le Britannique a également reçu deux points de pénalité sur sa super licence, mais à la surprise générale, ces deux points lui ont été rendus quelques heures plus tard et c’est son équipe Mercedes qui a écopé d’une amende de 25 000 euros.

Tout d’abord, Shovlin a expliqué pourquoi Hamilton ne s’était pas arrêté là où tout le monde l’avait fait.

« Sur certains circuits, il y a une zone qu’ils peignent sur le sol et vous devez le faire [l’essai de départ] dans la zone; sur d’autres circuits, c’est une sorte de zone générale. » explique Shovlin.

« Souvent, s’il y a beaucoup de gommes [au sol], cela ne sera pas représentatif du grip. Les pilotes – ainsi que les ingénieurs – voudront trouver un grip un peu plus proche en termes d’adhérence que sur la grille. »

« Et ce qui s’est passé, c’est que Lewis a demandé s’il pouvait aller un peu plus loin [le long de la sortie des stands] – mais nous n’avions pas réalisé jusqu’où il était allé. »

« C’était vraiment juste pour pouvoir trouver un morceau de tarmac qui ressemble le plus possible à celui que vous trouverez lorsque vous prendrez le départ de la course. »

Shovlin a ajouté que le mauvais positionnement de Hamilton n’était devenu évident pour Mercedes que lors de son deuxième essai de départ.

« Nous n’avons pas vu le premier, mais quand nous avons vu le second, nous nous sommes dit qu’ils [les commissaires de la FIA] n’allaient pas aimer. »

« Nous ne pensions pas que c’était dangereux et étant donné que les notes de l’événement disaient que c’était sur le côté droit après la sortie des stands, nous avons donc pensé que cela aurait pu être suffisamment ambigu. »

« Ce n’était pas une surprise totale qu’ils n’ont pas aimé ça, et il se peut qu’il y ait eu des équipes qui l’ont signalé tout comme la FIA ou les commissaires ont pu le repérer eux-mêmes. Je ne sais pas. »

Il est impossible de savoir si ou ou non une autre équipe de la grille est allée signaler l’erreur de Lewis Hamilton auprès des commissaires de la FIA en Russie.

Mais il est certain que les commissaires ont tout de suite remarqué que le Britannique s’arrêtait au mauvais endroit, comme ont pu le constater en direct des millions de fans sur le signal international diffusé par la FOM.

[give_form id= »49793″]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Cesare Ingrassia

Cesare Ingrassia est le directeur de la publication du site d'actualités sur la Formule 1, F1only.fr et du site La Chaine Renault. Véritable passionné, Cesare Ingrassia est accrédité par la FIA et la F1 et se déplace de paddock en paddock pour vous offrir une couverture totale de chaque événement tout au long de la saison.