max verstappen red bull
in

Max Verstappen : « Certaines erreurs en F1 peuvent vous coûter votre carrière »

Le pilote Red Bull Max Verstappen assure qu’il ne ressent pas de pression supplémentaire cette année de la part de son équipe.

Le pilote hollandais Max Verstappen, qui en est déjà à sa quatrième année avec Red Bull Racing, estime que peu de choses ont changé finalement dans sa relation avec l’équipe par rapport aux saisons précédentes, alors que le Hollandais est considéré comme le leader de l’écurie de Milton Keynes.

« Pour moi, peu de choses ont changé, car les feedbacks que je donnais déjà l’an dernier étaient les mêmes que je donne aujourd’hui.  » a déclaré Max Verstappen à Racer.

« Si c’était différent, cela voudrait dire que je faisais un mauvais travail l’année dernière. C’est l’approche que j’ai toujours eu. »

« Personnellement, j’ai toujours le sentiment de pouvoir ressentir ce que fait la voiture. Pour mon âge, j’ai beaucoup d’expérience dans ce domaine, car je travaille là-dessus avec mon père depuis très jeune et j’essaie toujours de donner de bons retours. »

« Je n’ai donc jamais eu l’impression d’avoir plus de pression de la part de l’équipe sur ce point, car j’ai l’impression de déjà donner les bonnes informations. »

Verstappen estime cependant avoir jugé trop sévèrement pour certaines de ses erreurs commises en F1, alors que le jeune Hollandais n’a passé finalement qu’une seule année en F3 avant de rejoindre la catégorie reine du sport automobile.

« Je n’avais qu’une expérience d’une année en Formule 3, et bien-sûr, vous faites des erreurs en Formule 1 que d’autres ont peut-être commises en catégorie junior ou ailleurs. »

« Mais pour moi ça va, je préfère être au plus haut niveau, faire des erreurs et en tirer des leçons, plutôt que de faire partie des catégories inférieures, alors que certaines erreurs en F1 peuvent vous coûter votre carrière« 

météo gp de france f1 2019

Grand Prix de France : Le bulletin météo

seb vettel paul ricard

Cas Vettel : Les commissaires se réunissent ce vendredi au Paul Ricard