max Verstappen

Nico Rosberg estime que Verstappen a « ce côté narcissique » qu’avaient les plus grands pilotes

Nico Rosberg pense que le côté narcissique de Max Verstappen est certainement l’un de ses points les plus forts cette année, après son talent naturel.

Le champion du monde de F1 2016, Nico Rosberg, occupe désormais un poste d’observateur dans le paddock, notamment en étant consultant pour la télévision, alors que l’Allemand possède également une chaîne Youtube sur laquelle il n’hésite pas à partager son opinion.

Récemment, l’ancien pilote Mercedes a donné son avis sur le jeune Max Verstappen, qui du haut de ses 21 ans, a une nouvelle fois marqué les esprits lors de la première partie de saison en décrochant sa première pole position en F1 et en montant à cinq reprises sur le podium dont deux fois sur la plus haute marche.

Pour Nico Rosberg, Max Verstappen a un talent naturel indéniable, doublé d’une pointe de narcissisme, un peu comme Ayrton Senna, Michael Schumacher ou encore un certain Lewis Hamilton.

« Il a un talent naturel qui n’a rien à envier à celui de Senna ou de Hamilton. C’est le genre de talent qui se présente une seule fois tous les dix ans. » estime Nico Rosberg dans sa dernière vidéo sur sa chaîne Youtube.

« Il a certainement un côté narcissique, mais tous les plus grands pilotes avaient cela. C’était le cas de Schumacher, de Senna, ils avaient tous cette confiance que je n’avais malheureusement pas eu à ce niveau, lui il l’a, et pas qu’un peu. »

« Il y a tellement de pression, il se passe tellement de choses, il y a tant de politique que si on conserve cette confiance on reste protégé et concentré avec l’esprit libre. »

Au championnat du monde, Max Verstappen occupe la troisième place à seulement sept points du pilote Mercedes Valtteri Bottas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

danilel ricciardo renault 2019

Pour Daniel Ricciardo, la situation doit être « humiliante » de voir Red Bull aussi forte

sergio perez racing point usine

Sergio Perez : « Je n’ai jamais eu une voiture capable de signer un podium »