F1 - Racisme : Hamilton appelle les médias à ne plus donner la parole à ceux qui discriminent
in

Racisme : Hamilton appelle les médias à ne plus donner la parole à ceux qui discriminent

Le pilote Mercedes Lewis Hamilton a appelé la Formule 1 et les médias à arrêter d’offrir une plate-forme aux “voix plus âgées” après qu’une interview réalisée l’année dernière avec le triple champion du monde Nelson Piquet a été publiée cette semaine, dans laquelle le Brésilien a utilisé une insulte raciale en référence à Hamilton.

Ce mercredi, Nelson Piquet s’est excusé publiquement auprès de Lewis Hamilton, mais le Brésilien a nié que son commentaire avait une intention raciale et a contesté la manière dont il avait été traduit par les médias. Cependant, pour Lewis Hamilton le mal est fait et le Britannique pense qu’il est temps désormais d’agir et d’arrêter de donner la parole à des personnes qui ne sont plus en phase avec le monde actuel : “J’ai été la victime du racisme et des critiques, et de cette négativité ainsi que de ces récits archaïques pendant très, très longtemps, et des nuances de discrimination.” a déclaré Lewis Hamilton ce jeudi à Silverstone.

“Il n’y a donc rien de vraiment nouveau pour moi. Je pense que c’est plus une vue d’ensemble. Je ne sais pas vraiment pourquoi nous continuons à donner une plate-forme à ces voix plus âgées. Parce qu’ils parlent de notre sport, mais nous cherchons à aller quelque part de complètement différent et ce n’est pas représentatif de qui nous sommes en tant que sport maintenant et où nous prévoyons d’aller.”

“Nous cherchons à nous développer aux États-Unis et dans d’autres pays, en Afrique du Sud, et nous devons nous tourner vers l’avenir et offrir aux jeunes une plate-forme plus représentative de l’époque actuelle et de ce que nous essayons d’être dans le futur et de la direction que nous voulons prendre. Il ne s’agit pas seulement d’un individu, il ne s’agit pas seulement d’une utilisation de ce terme. C’est une image plus grande.”

“Désormais, il faut agir réellement. Cela vaut pour la F1 et les médias, nous ne devrions pas donner une plateforme à ces gens. Ces vieilles voix, qu’elles soient inconscientes ou conscientes, ne sont pas d’accord pour dire que des gens comme moi devraient être dans un sport comme celui-ci ou que les femmes devraient être ici.”

“La discrimination n’est pas quelque chose que nous devrions projeter et promouvoir, et donner une plate-forme pour créer et diviser les gens. Au cours des deux dernières semaines, je ne pense pas qu’il se soit passé un seul jour où quelqu’un du passé, qui n’a pas été pertinent dans notre sport depuis des décennies, a essayé de dire des choses négatives et a commencé à me rabaisser. Mais je suis toujours là et je me tiens toujours fort [Hamilton fait référence aux récents commentaires de Jackie Stewart qui s’est demandé si le Britannique n’aurait pas du stopper sa carrière].”

“C’est très bien de se tenir sur la grille et de parler d’inclusivité”, a poursuivi Hamilton. “Mais ce ne sont que des mots vides si nous ne nous mettons pas réellement en action. C’est une entreprise en pleine croissance. Les équipes gagnent plus d’argent qu’elles n’en ont jamais gagné auparavant, et elles continueront à se développer. Je ne suis pas au courant de tous les autres fonds qui ont été investis dans la D&I [diversité et inclusion]. Je serais prêt à parier que ce n’est pas autant que ce que nous avons déjà investi et que nous prévoyons d’investir.”

“J’ai eu des appels avec toutes les équipes de F1 qui ont accepté de faire partie de cette charte de la F1 et elles n’ont toujours pas signé, et ce n’est toujours pas en cours. Nous ne pouvons plus amplifier ces voix qui ne font que créer cette division.” insiste le pilote Mercedes une nouvelle fois.

F1 - Vettel : "Il n'y a pas de place pour ce genre de commentaires"

Vettel : “Il n’y a pas de place pour ce genre de commentaires”

F1 - Vettel au volant d'une Williams de 1992 au carburant neutre

Vettel au volant d’une Williams de 1992 au carburant neutre