lewis-hamilton-f1-2022
in

Le président de la GPDA en faveur de l’interdiction des bijoux en F1

Selon le président de la Grand Prix Driver Association [GPDA], Alex Wurz, la F1 a eu raison d’interdire aux pilotes de porter des bijoux à l’intérieur de leur cockpit mais aurait dû appliquer cette règle d’une manière moins conflictuelle.

Au Grand Prix d’Australie, la FIA avait rappelé aux pilotes de F1 que le port de bijoux (bagues, piercings, montres ou encore chaîne autour du cou…) était totalement interdit à l’intérieur du cockpit lors de chaque séance de roulage et ce, pour des raisons évidentes de sécurité, alors qui leur a également été rappelé que le port de sous-vêtements ignifugés était aussi obligatoire. Le directeur de course de la FIA, Niels Wittich, avait alors accordé aux pilotes une période de grâce, leur laissant jusqu’au Grand Prix de Miami pour se conformer à cette règle. Depuis la dernière course disputée à Miami donc, les équipes doivent désormais soumettre à la FIA un formulaire avant chaque début de week-end dans lequel elles affirment que leurs pilotes n’enfreignent pas le règlement.

A Miami, le septuple champion du monde de F1, Lewis Hamilton, a déclaré que certains piercings présents sur son corps depuis de nombreuses années ne pouvaient pas être enlevés et a donc reçu une dérogation spéciale lui permettant de courir à Miami et à Barcelone mais s’est vu dans l’obligation de retirer tous ses piercings pour le Grand Prix de Monaco programmé le 29 mai. Cependant, le pilote Mercedes a déclaré qu’il n’avait aucune intention de le faire…

Pour Alex Wurz – qui préside la GPDA depuis quelques années maintenant et qui se bat pour rendre le sport toujours plus sûr pour les pilotes – cette règle doit effectivement être appliquée pour des raisons de sécurité, mais l’Autrichien aurait préféré que la FIA adopte une approche légèrement différente pour faire passer son message : « C’est une règle pour les bonnes raisons » a t-il indiqué à l’agence de presse Reuters.

« Mais j’aurais probablement aimé avoir une approche légèrement différente dans la manière de transmettre le message. Je ne veux pas terminer comme dans le football où il y a le plus de mains en l’air et de violence verbale. Nous devons travailler ensemble, c’est un style que j’aurais préféré dans ce cas. »

L’interdiction des bijoux, ainsi que le port des sous-vêtements non-conformes, sont depuis longtemps inscrits dans les règles de la FIA, mais cette règle a été jusqu’à présent rarement appliquée par les précédents directeurs de course. Alex Wurz pour sa part a déclaré qu’il n’avait jamais oublié une conférence de presse à laquelle il a pu assister il y a quelques années donnée par l’ancien pilote Kris Nissen, qui avait eu un violent accident sur le circuit de Fuji en 1988.

« Il a montré son corps et il a dit ‘regardez ça’. Pour lui, la chose la plus douloureuse après l’incendie, ce n’était pas l’incendie. C’était le caoutchouc (élastique) de son pantalon qui était brûlé dans la peau. Il a dit qu’il a connu des années d’agonie et de douleurs, et cela m’a éduqué. » a ajouté Wurz.

« A ce moment-là, je me suis dit que je ne voulais pas vivre ce genre de conséquences juste pour ne pas avoir enlevé mon pantalon pour mettre un sous-vêtement ignifugé et c’est pareil pour les bijoux. » conclut l’Autrichien.

mclaren-f1-gp-espagne

McLaren confirme « quelques améliorations » sur sa F1 pour le GP d’Espagne

haas-F1-news-2022

Pas de mise à jour pour Haas avant « quatre ou cinq courses »