sebastian-vettel-aston-martin-f1
in

La F1 pense avoir éliminé les zones grises dans la règlementation 2022

Le manager sportif de la Formule 1, Ross Brawn, estime que ses équipes ont fait le nécéssaire lors de l’élaboration des nouvelles règles techniques en catégorie reine pour faire en sorte qu’aucune équipe de la grille ne puisse exploiter la moindre zone grise et prendre un avantage sur un concurrent.

Cette année, la Formule 1 introduit de toutes nouvelles règles techniques qui devraient (sur le papier) permettre aux pilotes de se suivre de plus près en piste grâce au retour de l’effet de sol après une simplification de l’aérodynamisme sur les monoplaces, notamment la suppression des fameux bargeboards (cascade d’appendices positionnés sur les flancs des monoplaces et que les ingénieurs n’ont cessé de développer au fil des saisons).

Pour être certain que l’introduction de ces nouvelles règles nous offre effectivement plus de spectacle, un groupe de travail a été formé spécialement pour essayer d’anticiper toute exploitation d’une ou de plusieurs zones grises dans la règlementation. Le but définitif de ces recherches étant qu’aucune équipe de la grille ne puisse débarquer en début d’année avec une innovation lui donnant un trop grand avantage par rapport aux concurrents.

Ross Brawn – qui était lui-même patron d’une équipe de F1 ayant développé l’une des plus grandes innovations techniques en 2009 (le double diffuseur) – a déclaré que la tâche n’a pas été si simple d’essayer d’anticiper ce que pourraient faire les différents ingénieurs de la grille : « Essayer d’anticiper chaque échappatoire ou chaque interprétation est très difficile. Mais notre processus consistait à comprendre le problème et concevoir autour de l’élimination du problème. » a expliqué Ross Brawn au New York Times.

« Notre groupe a passé du temps à examiner les faiblesses des différents domaines pour voir où les équipes pourraient avoir une marge de manœuvre pour faire évoluer leurs conceptions et les modifier. Ensuite, nous avons eu une phase de rupture des règles où nous avons essayé d’enfreindre les règles et de voir quelles failles nous pouvions trouver. Nous sommes passés par toutes ces étapes. »

« Je ne prétends pas que nous avons trouvé toutes les failles, mais nous avons définitivement traversé toute une phase de tests règlementaire pour voir où nous pouvions trouver des opportunités. »

Lorsqu’on lui demande franchement si une équipe de la grille sera capable d’exploiter une zone grise cette saison et sortir une innovation lui donnant un certain avantage par rapport aux autres, le Britannique a répondu : « Je ne pense pas, non. Mais on ne sait jamais, personne ne s’y attendait avec que cela arrive. »

La saison 2022 de Formule 1 débutera avec le Grand Prix de Bahreïn le 20 mars, juste après six journées d’essais hivernaux programmés à Barcelone (du 23 au 25 février) et du 10 au 12 mars à Bahreïn.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

3 commentaires

  1. J’espère qu’ils ont réussi car je n’ai pas envie de revoir une équipe dominer pendant plusieurs années comme l’a fait Mercedes, même si le propre de la F1 justement est d’exploiter les zones grises et de trouver des innovations techniques

  2. Sur l’aéro peut être mais sur les moteurs, Mercedes a notamment prouvé qu’ils pouvaient enfumer la FIA pendant 8ans sans être pris, moteur trop complexe que même la FIA n’y comprenait plus rien, Et Mercos a bien joué avec ça.

gp-australie-f1-2022

Le GP d’Australie a reçu le feu vert du gouvernement pour 2022

pietro-fittipaldi-haas-f1-2022

Fittipaldi pilotera pour Haas si Schumacher est appelé par Ferrari