F1 - Luca de Meo confirme des discussions entre Renault et Andretti
in

Luca de Meo confirme des discussions entre Renault et Andretti

Le CEO du groupe Renault, Luca de Meo, a confirmé des discussions entre Renault et le clan Andretti concernant une fourniture moteur pour l’éventuelle future équipe qui rejoindrait la grille de la Formule 1 à partir de la saison 2024.

Il y a quelques semaines maintenant, Michael Andretti a confirmé avoir soumis une candidature officielle à la FIA pour former une onzième équipe sur la grille de la Formule 1 à partir de la saison 2024. Si dans l’immédiat la FIA n’a pas encore communiqué sur cette candidature, du côté du clan Andretti tout semble avoir été fait dans les règles de l’art avec un projet bien ficelé, alors qu’un accord formel aurait même été signé avec Renault pour une éventuelle fourniture moteur selon les dires du père de Michael Andretti : “Nous avons maintenant un accord formel concernant le fournisseur de moteurs et ce sera avec Renault, j’ai le droit de le dire désormais.” déclarait Mario Andretti fin février.

Interrogé à ce sujet samedi dernier à Imola, le CEO du groupe Renault, Luca de Meo, a confirmé que des discussions avaient bien eu lieu entre Andretti et Laurent Rossi, le PDG d’Alpine : “Je pense qu’il y a des discussions, ce n’est pas moi qui gère ça, c’est plutôt Laurent Rossi qui le fait.” a déclaré à F1only.fr Luca de Meo.

“Je pense qu’il y a des discussions. C’est interessant parce qu’il y a un beau projet derrière, il y a des gens compétents qui ont les moyens et ça peut faire du bien à la Formule 1. Évidemment, on cherche dans le contexte actuel la possibilité de s’associer à quelqu’un. A un certain moment, nous vendions des moteurs à Red Bull et McLaren, mais ce n’est plus le cas maintenant.”

Lorsqu’on évoque avec lui la possibilité de voir Alpine fournir à une autre équipe plus qu’un moteur, l’Italien a tenu à insister sur le fait qu’avoir une équipe B sur la grille n’est pas du tout sa priorité et admet même ne pas être un grand fan de ce type de collaboration : “Moi je ne suis pas nécessairement super fan de cette idée d’avoir des “couples”.” nous confie De Meo.

“Je pense que la Formule 1 mérite dix équipes qui font le boulot de A à Z, ça c’est ce que je pense. c’est un peu comme si nous avions le championnat espagnol avec une équipe de Barcelone A, Barcelone B, Barcelone C, le Real Madrid 1, 2, 3…Il n’y aurait pas d’Atletico….vous voyez, je pense que ce serait un peu étrange. Maintenant, ça c’est ma vision.”

Lorsqu’on lui demande si le fait d’avoir dix équipes d’usine en Formule 1 serait réalisable dans un court ou moyen terme et si il avait déjà évoqué ce point avec les autres constructeurs, l’Italien répond : “Nous, nous le faisons et nous ne sommes pas les plus riches du monde.”

“Moi j’ai l’habitude de dire les choses que je pense, mais j’imagine que si le système est fait comme ça, cela veut dire que ça convient à quelqu’un. Je trouve que la Formule 1 a une croissance qui est évidente – on voit très bien le travail de Stefano Domenicali notamment [le PDG de la F1, NDLR] – je pense qu’ils sont vraiment en train de développer le sport, d’attirer beaucoup de sponsors, et même les dernières décisions de certains constructeurs comme Volkswagen qui veulent entrer, ils savent très bien qu’il y a du potentiel. C’est LA catégorie où tout le monde veut être, c’est le pinacle du sport automobile, c’est la vitrine.”

Concernant la potentielle arrivée de Porsche et Audi en F1, là encore le CEO du groupe Renault voit plutôt d’un bon œil l’arrivée d’autres constructeurs : “C’est bien, bien-sûr que c’est bien. C’est bien pour le sport, c’est bien pour les fans.”

“Moi je suis un gars de l’automobile donc de voir les grands constructeurs automobiles croire à ça, ça ne peut me faire que plaisir, mais que si nous avons une équation économique et des budgets raisonnables. Si ça devient une explosion de coûts, après on ne peut plus gérer et c’est mauvais pour le business. Ce sont des stratégies très courtes, mais si on arrive à trouver un équilibre avec les revenus des sponsors, des courses et des constructeurs automobiles traditionnels, moi je trouve que c’est bien.”

Propos recueillis par Remy Calame

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

F1 - McLaren F1 signe un partenariat pluriannuel avec Sanofi

McLaren F1 signe un partenariat pluriannuel avec Sanofi

F1 - Début de saison très compliqué pour Alonso, P15 au championnat

Début de saison très compliqué pour Alonso, P15 au championnat