F1 - Résoudre le phénomène de marsouinage en F1 sera assez simple
in

Résoudre le phénomène de marsouinage en F1 sera assez simple

Le marsouinage – terme utilisé en F1 pour décrire le phénomène de rebond d’une monoplace dans les lignes droites – pourra être corrigé assez facilement s’il l’on en croit certains patrons d’écurie.

La semaine dernière à Barcelone, plusieurs monoplaces ont été victimes de marsouinage dans les lignes droites, un phénomène de retour en Formule 1 après plusieurs années et qui est en grande partie dû aux nouvelles règles techniques qui font la part belle à l’effet de sol sur ces machines nouvelle génération. Le phénomène est bien connu des plus anciens et lorsqu’on interroge différentes personnes dans le paddock, la réponse est toujours la même; ce problème devrait être résolu assez facilement.

“Je pense que la plupart d’entre nous ont sous-estimé le phénomène, parce qu’à partir du moment où nous étions sur la piste, nous rebondissions plus que prévu. Nous savions certainement qu’avec le nouveau fond plat cela allait être différent – mais nous sommes dans un processus d’apprentissage.” a déclaré Mattia Binotto, directeur de la Scuderia Ferrari.

“Combien de temps va-t-il nous falloir pour y remédier, pour le résoudre ? Je pense finalement que le résoudre sera assez simple. Je suis à peu près sûr qu’à un moment donné, chaque équipe arrivera à trouver la solution. Combien de temps cela prendra-t-il ? Je pense que ceux qui y arriveront le plus tôt auront un net avantage en début de saison.”

Du côté de chez Alfa Romeo, le directeur de l’équipe, Fred Vasseur, a expliqué pourquoi les écuries ne s’attendaient peut-être pas à faire face à ce problème, bien que le Français estime lui aussi que le résoudre sera assez simple : “Je pense que certains phénomènes ne sont pas faciles à reproduire en soufflerie ou dans le simulateur, et comme l’a dit Mattia [Binotto], résoudre le problème n’est pas le plus gros problème. Mais être efficace sera la clé.” a déclaré le Français.

“La rapidité de l’action de l’équipe sera déterminante pour les premières courses, j’en suis certain, mais après trois ou quatre manches, en conférence de presse on ne parlera plus de ce phénomène.”

Le directeur des performances d’Aston Martin, Tom McCullough, a lui aussi un avis bien tranché sur la question et, comme Binotto et Vasseur, McCullough estime que le marsouinage sera facilement corrigé par la plupart des équipes, même s’il admet que ce phénomène est apparu principalement chez des équipes explorant les limites de la hauteur de caisse de leur monoplace.

“De toute évidence, ce sont des nouvelles voitures et ce n’est que la première itération. Nous allons faire évoluer ces voitures, toutes les équipes vont les faire évoluer d’ici Bahreïn [première manche de la saison] et pour les premières courses.” a expliqué McCullough.

“Ici [en Espagne], nous testons, nous explorons et nous repoussons les limites. Nous pouvons aussi ajuster la hauteur de caisse pour la placer de manière à ce qu’elle touche le sol, comme sur la voiture de l’année dernière. Ce n’est que le début, mais je pense que vous verrez beaucoup de développement au cours des prochaines courses.”

Les prochains essais privés auront lieu du 10 au 12 mars à Bahreïn et nous pourrons donc constater si les équipes ont réussi à corriger le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

F1 - Zhou ressent moins de pression en F1 que l'an dernier en F2

Zhou ressent moins de pression en F1 que l’an dernier en F2

F1 - Daniil Kvyat trouve "injuste" de mêler sport et politique

Daniil Kvyat trouve “injuste” de mêler sport et politique