daniel ricciardo pilote Renault

Ricciardo ne voulait pas savoir pourquoi Hulkenberg n’était plus derrière lui en Chine

Daniel Ricciardo, qui a terminé le Grand Prix de Chine à la septième position et qui a donc marqué ses premiers points pour Renault, s’est dit satisfait d’avoir exécuté une stratégie à un seul arrêt à Shanghai.

Le pilote Renault a pris le départ du Grand Prix de Chine à la septième position sur la grille de départ et a réussi à conserver cette place jusqu’à l’arrivée de la course, malgré la pression du pilote Racing Point Sergio Perez.

Ricciardo est resté sur une stratégie à un seul arrêt en Chine, et c’est grâce à cela que le pilote Renault a pu franchir la ligne d’arrivée dans les points dimanche dernier.

« Je suis heureux que nous ayons pu faire cet arrêt unique, étant donné que nous avions déjà essayé à Bahreïn et que cela n’avait pas fonctionné pour nous. » explique Daniel Ricciardo.

« Ce n’était pas facile, parce que Perez [Sergio] était très rapide, il m’a poussé durant toute la course. J’ai essayé de gérer l’écart au début, mais il revenait et je devais à nouveau accélérer. »

« Vers la fin de la course, la situation devenait un peu difficile, mais il souffrait lui aussi, alors la situation était un peu moins tendue au cours des derniers tours. »

« J’avais vraiment l’impression de bien m’y prendre, alors qu’une partie de moi-même voulait que les pneus se dégradent rapidement pour que je puisse faire un second arrêt. »

« Finalement, je savais que nous devions faire encore un bon bout de chemin avec les pneus durs, et j’étais donc un peu nerveux. Mais finalement, je suis content que cela ait fonctionné. »

« C’est certainement un peu positif pour nous, même si j’ai été surpris par le rythme de Perez en course. Idéalement, nous voulons réduire davantage l’écart avec les autres, et nous pensons pouvoir nous améliorer sur certains points. D’une manière générale, si nous arrivons bien à organiser nos week-ends nous devrions être à l’avant de la grille. »

Ricciardo n’était pas au courant de l’abandon de Hulkenberg

Concernant l’abandon de son coéquipier Nico Hulkenberg pendant la course, Daniel Ricciardo admet qu’il n’était pas au courant que l’Allemand avait rencontré des problèmes de fiabilité.

« Je ne savais pas qu’il avait abandonné. Je le soupçonnais, parce que je ne voyais plus son nom sur le tableau d’affichage et j’ai même cessé de le voir dans mes rétroviseurs. »

« Mais je sentais qu’il était un peu trop tôt pour qu’il fasse un arrêt, donc, je me suis posé des questions. Mais j’ai préféré ne pas savoir et me concentrer uniquement sur ma course. »

« Maintenant, je sais qu’il nous reste encore du travail à faire en matière de fiabilité. Je ne savais pas quel était son problème, mais je sais que ce n’était pas un accident, donc il s’agissait d’un problème de fiabilité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

sebastian vettel pilote Ferrari F1

Vettel admet que Ferrari n’arrive pas à libérer tout le potentiel de la SF90

notre-dame de paris en feu

La communauté française de la F1 désolée par l’incendie de Notre-Dame de Paris