Ferrari : La fin des privilèges ?

ferrari gp monaco

Le droit de veto de l’équipe Ferrari a été l’un des thèmes principaux de la conférence de presse des directeurs d’équipe ce jeudi à Monte Carlo.

Les équipes de Formule 1 reconnaissent l’importance de la Scuderia Ferrari dans la catégorie reine du sport automobile, mais ne comprennent pas pourquoi l’écurie italienne a autant de pouvoir dans la prise de décisions du sport.

En Espagne, Mattia Binotto, le directeur sportif de Ferrari, a déclaré que le droit de veto dont jouit son écurie ne servait pas seulement à se protéger, mais aussi à assurer une certaine sécurité au reste des équipes de la grille lors des discussions pour introduire de nouvelles règles.

Mais pour la directrice de l’équipe Williams, il s’agit tout simplement d’un non-sens de laisser à Ferrari un tel pouvoir, la Britannique estimant que la prise de décision en Formule 1 devrait être un processus moins démocratique et plus dépendant de la Formule 1 et de la FIA.

« Je pense que c’est absurde, et si je dois être honnête, je pense que notre sport est trop démocratique. » a déclaré Claire Williams ce jeudi à Monaco.

« J’en ai déjà parlé, et je pense que la Formule 1 et la FIA devraient avoir plus de pouvoir dans les règlements. Nous devons prendre soin de ce sport et de sa durabilité pour le futur. »

« Nous devons le protéger et protéger son véritable ADN. Cela peut être difficile avec un comité, je pense qu’aucune équipe ne devrait avoir un droit de veto, cela n’a pas de sens. »

Rappelons que la Scuderia Ferrari a le droit à ce veto de par son statut d’équipe historique dans le championnat du monde de Formule 1.

Le responsable de l’équipe Red Bull Racing, Chrstian Horner, estime lui aussi que cela n’a plus aucun sens de laisser ce droit de veto à Ferrari.

« C’est plutôt démodé, on peut le voir de deux manières : C’est un filet de sécurité parce qu’il représente les équipes, mais aussi Ferrari. » explique Christian Horner.

« Probablement, si nous avions une feuille blanche, cela ne servirait à rien de créer un veto. Comme l’a dit Claire, il devrait y avoir les mêmes règles pour tout le monde. »

Cyril Abiteboul [Renault] et Zak Brown [McLaren] estiment quant à eux que l’importance de Ferrari devrait être reflétée dans les accords commerciaux et non sur les décisions sportives.

« Nous devons être progressifs, plutôt que défensifs. » a déclaré le patron de Renault. « La capacité de bloquer un processus qui peut être positif pour le sport n’est pas bonne. »

« Nous reconnaissons la valeur de Ferrari dans le sport, mais cela peut se refléter dans les accords commerciaux et non dans la gouvernance de la Formule 1. »

« C’est très gentil de la part de Binotto de se porter volontaire pour représenter les intérêts des équipes. » souligne Zak Brown. « Mais je pense que nous avons tous des intérêts différents.et nous les meilleurs dans nos propres négociations. »

« Comme Cyril l’a dit, Ferrari contribue beaucoup dans le sport, et cela peut être reconnu de différentes manières. »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Cesare Ingrassia

Cesare Ingrassia est le directeur de la publication du site d'actualités sur la Formule 1, F1only.fr et du site La Chaine Renault. Véritable passionné, Cesare Ingrassia est accrédité par la FIA et la F1 et se déplace de paddock en paddock pour vous offrir une couverture totale de chaque événement tout au long de la saison.