lewis-hamilton-monaco-russell-wolff
in

Wolff défend Hamilton qui était sur le même rythme que Russell à Monaco

Le directeur de l’écurie Mercedes, Toto Wolff, regrette que Fernando Alonso ait roulé volontairement presque cinq secondes plus lentement au tour dimanche dernier au Grand Prix de Monaco afin de bloquer la Mercedes de Lewis Hamilton sur un tracé où il est quasiment impossible de dépasser si le pilote de devant le décide.

Fernando Alonso était plus de quatre secondes au tour plus lent que les voitures devant, terminant à 34 secondes de Lando Norris malgré l’arrêt au stand supplémentaire du pilote McLaren. Toto Wolff a donc accusé le pilote Alpine d’avoir piloté sur le rythme d’une Formule 2 dimanche dernier uniquement pour entraver la remontée de Lewis Hamilton, l’Autrichien remettant une nouvelle fois en cause le tracé de Monaco sur lequel les dépassements sont très difficiles, voire impossibles dans certaines situations.

« Je pense que ce que nous devons regarder c’est que c’est Monaco. Si une voiture peut ralentir de près de cinq secondes et retenir tout le monde, c’est juste dommage pour la course. Donc, peut-être que nous pouvons regarder le tracé, voir ce que nous pouvons faire pour ne pas avoir de cortège ou de jeu de stratégie en course ou en qualifications. » a déclaré Toto Wolff.

« Nous pouvons voir que la position sur la piste fait tout à Monaco. Je veux dire par là que cinq secondes, c’est un peu comme piloter une monoplace de Formule 2. C’est un lieu tellement fantastique et c’est toujours incroyable d’être ici, mais je pense que nous devons regarder ce que nous pouvons faire avec le tracé de façon à ne pas pouvoir rouler cinq secondes plus lentement et que vous ne puissiez rien faire. »

A Monaco, Lewis Hamilton a été classé huitième, alors que son coéquipier George Russell a franchi la ligne d’arrivée à la cinquième place devant la McLaren de Lando Norris. Mais Toto Wolff a tenu à défendre le rythme de Lewis Hamilton qui était le même que celui de son coéquipier avant que l’Alpine d’Alonso ne fasse tampon dans les rues de la Principauté. Le directeur de Mercedes regrette également le fait que le septuple champion du monde ait été bloqué en qualifications par un drapeau rouge, sans quoi il aurait certainement pu se qualifier plus haut sur la grille et cela lui aurait évité ces ennuis le dimanche.

« Si l’on regarde tous les mauvais moments qu’a pu avoir Lewis avec le drapeau rouge en qualifications, le contact avec Esteban [Ocon, en course] et coincé derrière Fernando, je pense que le pendule va osciller et que cette situation malheureuse va s’arrêter avec Lewis car ils sont à peu près sur le même rythme [avec Russell]. Il aurait pu être là et aurait pu dépasser Lando [Norris] et même se battre avec George parce que c’était son rythme. »

Après le Grand Prix de Monaco, Lewis Hamilton occupe la sixième place au championnat du monde des pilotes avec 50 points inscrits depuis le début de l’année, soit 34 points de moins que son coéquipier George Russell.

f1-daniel-ricciardo-mclaren

Le temps de Ricciardo chez McLaren est terminé selon Villeneuve

fia-peter-bayer

La FIA annonce le départ de Peter Bayer