Grosjean est sûr de lui : « Renault doit avoir peur de Haas en 2019 »

Selon Romain Grosjean, Renault devrait avoir peur de l’équipe Haas, qui continuera à mettre la pression sur l’écurie du constructeur français en 2019.

En 2018, les deux formations se sont battues pour la quatrième position au classement des constructeurs, Renault ayant réussi à conserver cette quatrième place, notamment grâce à une bataille ayant eu lieu en dehors des circuits, comme à Monza où Renault a porté une réclamation auprès de la FIA concernant la voiture de Romain Grosjean, que Renault jugeait illégale.

La FIA a donné raison à Renault et la monoplace du pilote français a été disqualifiée du Grand Prix d’Italie 2018, ce qui a permis à Renault de creuser l’écart au championnat constructeurs sur Haas.

Selon Romain Grosjean, cette affaire prouve que Haas fit peur à Renault, et le Français insiste sur le fait que Renault devrait continuer à être effrayée pour l’avenir.

A lire aussi : 

« Oui, nous leur faisions peur, et c’est bien. Ils devraient continuer à avoir peur à l’avenir. » explique Grosjean, cité par Autosport.

« Cependant, nous devons encore améliorer certaines choses, par exemple, nous ne fabriquons pas de pièces, donc, nous devons les faire fabriquer en externe et parfois cela prend un peu de temps. »

« C’est un exemple parmi tant d’autres, mais c’en est un. Lorsque cela prend trois jours pour Renault, cela nous demande presque trois semaines. »

« C’est comme pour le fond plat [la pièce qui a coûté la disqualification à Grosjean au GP d’Italie], nous n’avions pas le temps de le modifier pour Monza, c’est juste ça. »

« Il n’y avait aucun gain en performance, aucun, mais nous n’avions tout simplement pas le temps de le faire et Renault a joué là-dessus. »

Rappelons que Haas reçoit des pièces de la part de Ferrari, mais l’équipe américaine travaille également avec le constructeur Dallara qui se trouve en Italie à Parme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Mario Andretti émet des doutes sur la nomination de Leclerc chez Ferrari

Ferrari condamnée à gagner les deux championnats en 2019 selon le président de l’ACI